Facteurs clés qui influencent le développement à long terme du joueur

1) SAVOIR-FAIRE PHYSIQUE

Le savoir-faire physique est d’une grande importance à la fois pour le plaisir éprouvé à pratiquer un sport et comme élément nécessaire tandis que nous développons les participants au travers des différentes étapes de développement. Le développement du savoir-faire physique (comparable au niveau de base requis pour l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et de l’arithmétique à l’école) devrait être une priorité avec la poussée de croissance à l’adolescence. Le processus menant au savoir-faire physique est influencé par l’âge, la maturation et les capacités du sujet.

En général, les sujets qui possèdent un savoir-faire physique présentent une grande variété d’habiletés de mouvement fondamentales et d’habiletés de base dans la pratique sportive. En outre, ces individus évoluent avec aisance, confiance, compétence et de manière créative dans différents environnements physiques. Il y a aussi de fortes chances qu’ils soient actifs toute leur vie parce qu’ils ont développé un sentiment de confiance tout au long de leur développement.

Rapport avec le golf : un savoir-faire physique de base sera d’un grand secours dans l’apprentissage, la réalisation et la longévité des actes spécifiques exigés par le golf.

2) SPÉCIALISATION

On classe souvent les sports comme étant des activités de spécialisation soit hâtive soit tardive. En règle générale, les sports de spécialisation hâtive comprennent les sports artistiques et acrobatiques tels que la gymnastique, le plongeon et le patinage artistique, en particulier chez les participantes de sexe féminin. Une raison possible veut que ces activités fassent appel à des habiletés très complexes qui sont apprises à un jeune âge alors qu’il est beaucoup plus difficile de les maîtriser si elles sont enseignées à un fort degré de maturation. Parmi les aspects négatifs de la spécialisation hâtive on note la préparation exclusive à un sport spécifique; un manque d’habiletés fondamentales de mouvement et sportives; une forte incidence de lésions de surmenage; de l’épuisement qui se manifeste tôt; et l’abandon prématuré de l’entraînement et de la compétition.

En revanche, la plupart des autres sports sont dits de spécialisation tardive dont la pratique tire parti d’un bon savoir-faire physique et parfois d’une participation tôt à l’activité (c’est-à-dire une initiation à l’éventuelle activité ciblée).

Rapport avec le golf : Le golf se classe probablement dans la catégorie de spécialisation tardive où l’expérience d’actes similaires (balancer un bâton, une raquette) et/ou une participation hâtive (mais sans spécialisation) contribue à la maîtrise éventuelle des habiletés requises.

3) ÂGE DÉVELOPPEMENTAL

Des enfants du même âge chronologique peuvent différer de plusieurs années dans leur niveau de maturation biologique. La croissance, le développement et le taux de maturation sont le résultat d’une complexe interaction de gênes, d’hormones, de nutriments et de l’environnement dans lequel le sujet évolue. Ces interactions sont particulièrement évidentes dans les deux premières décennies de la vie, période marquant le passage de l’enfance à l’âge adulte.

Croissance comparativement à la Maturation comparativement au Développement
Les termes croissance et maturation sont souvent utilisés ensemble et parfois comme synonymes. Toutefois, chacun présente une signification distincte :

Croissance : les changements observables étape par étape en quantité et changements mesurables de la taille de l’organisme comme la taille, le poids et le pourcentage de gras.
Maturation : les changements qualitatifs du système, à la fois structurels et fonctionnels, dans la progression de l’organisme vers la maturité tels que la transformation du cartilage en os dans le squelette.
Développement : à la différence des termes précédents, le développement fait référence à des contextes biologiques et de comportement, incluant des aspects tels que la spécialisation cellulaire et la manière dont le jeune sujet s’adapte à son milieu culturel (par exemple, comment il développe ses croyances et ses valeurs).

Le rythme de croissance d’un enfant comporte des implications importantes au chapitre de l’entraînement athlétique parce que les enfants qui mûrissent tôt profitent d’un grand avantage pendant l’étape Apprendre à compétitionner comparativement aux enfants qui présentent une maturation dans la moyenne ou tardive. Cependant, une fois que tous les athlètes ont connu leur poussée de croissance, ce sont souvent les sujets ayant une maturation tardive qui présentent le plus fort potentiel de devenir des athlètes de haut rang à la condition qu’ils aient accès aux services d’entraîneurs de qualité au cours de cette période.

Rapport avec le golf : Le développement à long terme du joueur exige que l’on cerne la maturation hâtive, dans la moyenne et tardive pour concevoir l’enseignement approprié, l’entraînement et les programmes de compétition en relation avec la capacité d’entraînement et l’état de préparation à l’entraînement. Le commencement de la poussée de croissance ainsi que le pic de la poussée de croissance (pic de vélocité de croissance; PVC) constituent des repères cruciaux pour les applications du DLTJ touchant les plans d’entraînement et de compétition.

4) PÉRIODES SENSIBLES

Une période sensible est un laps de temps étendu ou une fenêtre pendant lequel ou laquelle l’apprentissage d’une habileté spécifique ou le développement d’une capacité physique/cognitive spécifique est particulièrement efficace. Toute la période de l’enfance peut être considérée comme étant une période sensible pour maîtriser les
habiletés de mouvement fondamentales.

La capacité d’entraînement durant les périodes sensibles de l’adaptation accélérée à l’entraînement fait référence à la capacité de réaction à des stimuli d’entraînement à différentes étapes de croissance et de maturation. Bien que les systèmes physiologiques de l’athlète puissent faire l’objet d’un entraînement à n’importe quel âge, il existe des périodes sensibles au cours desquelles les individus sont particulièrement réceptifs à des types spécifiques d’entraînement. Le concept de capacité d’entraînement a suscité beaucoup de discussions dans les communautés sportives et universitaires. Ce concept est bien documenté dans les publications de recherches et celles relatives à l’entraînement et il fournit des éléments de preuve raisonnable concernant des périodes propices à l’adaptation accélérée à l’entraînement et/ou à l’exposition à divers stimuli.

Rapport avec le golf : il faut considérer comme prioritaire la bonne exécution technique d’actes spécifiques au golf tout au long des principales périodes de croissance et de maturation, associée à la compréhension de la vitesse d’exécution des mouvements spécifiques au golf en relation avec le développement du sujet.

5) 10 facteurs clés de l’entraînement et de la performance

L’endurance, la force, la vitesse, l’habileté, la souplesse, la structure/stature, les études, la psychologie, l’alimentation et les éléments socioculturels. Faisant fond sur les Cinq S de l’entraînement (Dick, 2007), l’éventail de ces 10 facteurs clés fournit un ensemble complet et holistique d’éléments dont il faut tenir compte dans la planification d’un programme destiné au développement d’athlètes. Il existe un certain nombre de ressources spécifiques offertes aux athlètes, aux parents, aux entraîneurs et à d’autres concernant ces facteurs par le truchement du site Web de Au Canada, le sport c’est pour la vie (www.canadiansportforlife.ca/fr).

Rapport avec le golf : Les professionnels de la PGA du Canada et les associations membres doivent s’assurer que leur développement professionnel les amène à comprendre ce que sont une planification adaptée à l’âge, la connaissance de la périodisation et les stratégies appropriées.

6)Développement mental,
cognitif et émotionnel

Les facteurs mentaux, cognitifs et émotionnels sont essentiels au développement de chaque joueur. Le développement holistique (qui comprend tous ces facteurs en plus du développement physique) est non seulement bénéfique pour le sujet, mais toutes ces compétences sont liées entre elles.

Tout comme les habiletés physiques et techniques exigent un développement séquentiel et sur le long terme, il en va de même pour les aspects psychologiques du développement de l’athlète. Cela comprend un ensemble de connaissances
telles que les bases du franc jeu et du sport éthique; les habiletés mentales en vue de la performance; le contrôle émotionnel; l’organisation; et la prise de décision. L’un des principaux objectifs du DLTJ est une approche holistique du développement du joueur qui comporte l’accent mis sur l’éthique, le franc jeu et la formation du caractère tout au long des diverses étapes – un objectif qui reflète les valeurs canadiennes. Les programmes doivent être conçus en tenant compte des capacités cognitives du joueur pour aborder ces concepts.

Rapport avec le golf : les règles et l’étiquette du golf, conjointement avec la plateforme psychologique requise pour s’entraîner au golf et participer à des compétitions, représentent un défi unique aux joueurs, lesquels doivent se bâtir au fil des ans un répertoire et de la force d’âme pour performer sur demande.

7) PÉRIODISATION

Dit simplement, la périodisation est la gestion du temps. À titre de planification technique, la périodisation fournit le cadre nécessaire pour organiser l’ordre complexe de processus d’entraînement selon un calendrier logique et inspiré de la science pour générer les améliorations optimales sur le plan de la performance.

La périodisation établit la séquence des composantes d’entraînement en semaines, jours et séances. La périodisation est spécifique aux situations en fonction des priorités et du temps disponible pour réaliser l’entraînement requis et l’amélioration en compétitions. Dans le contexte du DLTJ, la périodisation fait le lien entre l’étape où le joueur est rendu et les exigences de cette étape.

La périodisation, loin d’être cantonnée dans un processus rigide ou dans une méthodologie, est en réalité un outil hautement souple. Lorsqu’on l’utilise de manière appropriée de concert avec une bonne méthodologie et un suivi continu et des évaluations, elle constitue une composante essentielle de la programmation sportive optimale et du développement de l’athlète à tous les niveaux.

Rapport avec le golf : Le profil Compétition du DLTJ est généralement un processus de 10-15 ans qui optimise la préparation physique, technique, tactique (y compris la prise de décision) et mentale de même que les capacités physiologiques de soutien. Chaque plan annuel se fonde sur les périodes identifiées de la préparation athlétique, de compétition et de transition vers le plan suivant prévu au calendrier.

8) COMPÉTITION

À toutes les étapes du DLTJ, la planification d’un calendrier optimal de compétitions est cruciale pour le développement de l’athlète. Au cours de certaines étapes, le développement des capacités physiques prend le pas sur la compétition. Lorsque le joueur est plus avancé, l’accent est mis sur la capacité de bien compétitionner. À noter : à toutes les étapes du DLTJ, des ratios optimaux de compétitions spécifiques au sport sont requis. Le niveau et la durée de la saison de compétition doivent correspondre à l’évolution des besoins du joueur en développement tandis qu’il passe d’une étape à l’autre.

Trop de compétitions et pas suffisamment d’entraînement aux étapes Apprendre à jouer au golf et Initiation à la compétition se traduiront par une carence au chapitre des habiletés de base et de la condition physique. Le niveau approprié de compétition est essentiel au développement technique, tactique et mental à toutes les étapes.

Rapport avec le golf : la conception de systèmes (ou d’évaluation) de compétitions adaptées à l’âge et/ou à l’étape constitue un élément crucial du développement global des joueurs pris individuellement et dans le programme de DLTJ dans son ensemble. Le professionnel de golf doit porter une grande attention à ce que devraient ressembler les compétitions et les évaluations du joueur tout au long de la voie du DLTJ.

9) L’EXCELLENCE DEMANDE DU TEMPS

Selon certaines sources, il faut un minimum de 10 années d’entraînement (que l’on estime parfois à 10 000 heures) pour que des sujets experts dans un domaine ou un autre atteignent le niveau de l’élite. D’autres données indiquent que des joueurs d’élite doivent consacrer au moins de 11 à 13 années d’entraînement pour parvenir à des niveaux d’excellence. La leçon essentielle à retenir est la suivante : il n’y a pas de raccourci pour atteindre l’excellence.

Le développement d’un joueur est un processus à long terme et les joueurs d’élite ont besoin d’environ une décennie d’entraînement pour parvenir à un rang international. Dans le cadre de ce processus, il ne faut pas permettre que des objectifs de performance à court terme nuisent au développement du joueur sur le long terme.

On a récemment remis en question le concept de 10 000 heures et certains ont prétendu que des athlètes peuvent parvenir à l’excellence en un laps de temps beaucoup plus court. Toutefois, cet avis ne tient pas compte des sports et des activités auxquels les joueurs participent avant la spécialisation. Les principes du DLTJ mettent l’accent sur une approche multisport et prévoient que toutes les activités antérieures doivent être incluses dans l’évaluation du processus, étant donné qu’elles forment une partie intégrante de l’investissement considérable dans le cheminement. Que cela prenne 10 000 heures (plus ou moins), l’excellence demande toujours du temps.

Rapport avec le golf : le cheminement du DLTJ exige un investissement significatif en temps consacré à l’entraînement, à la pratique du golf et à une expérience appropriée en compétition, le tout associé à des activités/pratique de plusieurs sports avant la spécialisation. Certaines sources estiment qu’il faut quelque 20 000 heures pour atteindre l’excellence.

10) Harmonisation et intégration Du système

Un objectif primordial du mouvement Au Canada, le sport c’est pour la vie et spécifiquement pour chaque sport consiste à harmoniser la participation de toutes les parties prenantes et de tous les partenaires en vue d’un but global commun en appliquant une compréhension nette des rôles et des responsabilités de chacun.

Rapport avec le golf : il est évident que toutes les parties prenantes dans le secteur du golf canadien – y compris les professionnels de la PGA du Canada, les propriétaires de terrains, les administrateurs et les parents – doivent se rallier derrière le projet DLTJ et s’engager à travailler à l’unisson. Les acteurs peuvent obtenir des synergies en exploitant positivement les différents rôles et responsabilités de chaque partie prenante de manière à assurer l’avenir du golf au Canada et à faire progresser le sport.

11) AMÉLIORATION CONTINUE – KAIZEN

Le cadre du DLTJ se fonde sur le principe de l’amélioration continue, à la fois dans son évolution dynamique et dans son application.

Rapport avec le golf : toute la communauté golfique doit s’efforcer constamment et agir sans relâche de manière à améliorer continuellement chaque facette de l’industrie du golf.

Golf Canada
1333 Dorval Dr, Suite 1
Oakville, Ontario, L6M 4X7
1.800.263.0009
golfcanada.ca

PGA of Canada
13450 Dublin Line
Acton, Ontario, L7J 2W7
1.800.782.5764
pgaofcanada.com